• Exemple : environnement, ecole, tri, eglise, ...

Le Cap Corse dans les médias

Le Cap a bonne presse. Il faut dire qu’il est très photogénique et la télévision aime ça. La presse écrite n’est pas en reste. Il existe même une tradition de journaux micro-régionaux qui a perduré pendant 30 ans.
Quant à la radio, feue Radio Corse International avait son émetteur juste en face du Cap, sur l’île d’Elbe. Même chose pour le groupe Radio France (France Bleu Frequenza Mora, France Inter, France Musique et France Culture), qui y a disposé quatre émetteurs sur la petite île italienne. Enfin, la presse sur Internet parle du Cap en reprenant les articles publiés dans la presse papier ou à la radio.
 

Le dernier quart du XXe siècle a connu le lancement de plusieurs journaux, comme « Capi Corsu Terra e Omi » (Cap Corse, la terre et les hommes. Le bulletin trimestriel de l’Association pour la promotion économique et culturelle du Cap Corse (APEC) traitait des grands dossiers du Cap.
Une cinquantaine de numéros a été publiée de 1978 à 1984. Après lui c’est Cap’Intesu, (le Cap bien entendu) un autre trimestriel tiré à 500 exemplaires, qui a développé de mai 2001 à mars 2006 une information de proximité sur les questions importantes de la micro-région. L’association Finocchiarola pour la gestion des espaces naturels de la Pointe du Cap Corse a aussi son bulletin, publié deux fois par an depuis 2002. Enfin, l’association Petre Scritte, spécialisée dans la connaissance du patrimoine et de l’histoire du Cap, publie aussi une revue, A Cronica (la chronique) trois fois par an. Le « Journal de l’histoire du Cap Corse » va livrer son 32e numéro en septembre 2010.
Depuis 2009, du fait de la présence à Bastia d’une journaliste originaire d’un village du Cap, Corse-Matin assure une meilleure couverture de l’actualité locale. Les radios ainsi que France 3 Corse sont présents au moment d’événements forts. Les magazines de ces médias accordent plus de place aux initiatives locales (fête du vin de Luri, Master Classes de chant lyrique de Canari ou Festival de musique d’Erbalunga, etc.) que les journaux parlés ou télévisés. La presse nationale n’oublie pas le Cap. Une mention spéciale va à TF1 pour son assiduité à venir couvrir à Barrettali des sujets très couleur locale.