• Exemple : environnement, ecole, tri, eglise, ...

Les îles        

Vues de la mer, elles sont cinq sentinelles aux avant-postes du Cap. Cinq îles qui se nomment Finocchiarola (trois îlots), Giraglia (la plus grande) et Capense. Hier, leur position par rapport à la terre ferme faisait d’elles des points stratégiques pour le contrôle des ports. Aujourd’hui, elles sont devenues des sanctuaires naturels habités par des espèces remarquables et protégés par les réglementations européennes.

L'élévation du niveau de la mer a entraîné, il y a des milliers d'années, la formation de l'archipel des Finocchiarola. Rattaché à la commune de Rogliano, celui-ci déploie ses quatre hectares entre les plages deTamarone et Santa Maria. Le plus grand et le plus oriental des îlots nommé Finocchiarola, doit son nom au fenouil qui y pousse, et porte une tour génoise, partiellement ruinée, construite en 1569.

Les trois îlots constituent la plus petite réserve naturelle de Corse. Le goéland d'Audouin, une espèce rare d'oiseaux, vient se reproduire ici, d’avril à août. La réserve est fermée au public du 1er mars au 31 août et interdite au mouillage dans un rayon de 200 mètres.

Plus au nord, en face de Tollare (commune d'Ersa), l'île de la Giraglia, avec ses huit hectares, s'élève à plus de 60 mètres au-dessus de la mer. Une minuscule fourmi, unique au monde, y prospère en toute tranquillité. Une tour de guet puis un phare y ont été construits, respectivement en 1573 et 1838. Plus au sud-ouest, près de Centuri, le petit îlot de Capense (deux hectares), fortifié au XIIe siècle, est devenu une réserve ornithologique et halieutique protégée et, comme Finocchiarola, interdite au débarquement.

François Orlandi, maire de Tomino et conseiller général de Capo Bianco, préside l’association Iles Finocchiarola-Pointe du Cap qui gère l’ensemble du territoire protégé pour le compte du Conservatoire du Littoral.