• Exemple : environnement, ecole, tri, eglise, ...

Les moulins à eau        

Enfouis sous le maquis, restaurés, ou en activité, les moulins à eau sont des marqueurs importants de l’histoire de l’île et du Cap Corse. Ils ont été construits au XVIII è et au XIX è siècles. Ils servaient à moudre le grain (blé et seigle) mais surtout à fabriquer la farine de châtaignes, aliment indispensable de la société insulaire jusqu’à la Première Guerre mondiale.

En 1829, un relevé estime à 1220 le nombre de moulins à farine hydrauliques en Corse. Ils témoignent de l’importance de la culture des céréales : blé, orge, maïs. A la fin du XVIIIe siècle, elle représente, selon les auteurs du Plan Terrier, plus de 50% de l’activité agricole, suivi par la récolte de châtaignes à plus de 10%. Dans le Cap Corse, le Plan Terrier dénombre 82 édifices, dont 18 à Luri, 10 à Brando et 7 à Pietracorbara. Les pressoirs à huile, très nombreux dans le Cap, n’entrent pas dans ce comptage. Les moulins à céréales capcorsins, comme la plupart des moulins corses, sont à roue horizontale. Ils sont alimentés en eau par une conduite forcée, située en amont sur la rivière. L’eau est projetée sur les cuillers de la roue, qui grâce à son axe vertical, entraîne la meule à grains horizontale. Aux moulins d’Olcani et d’Ogliastru, la meule à grains permettait aussi d’actionner la meule à olives verticale. La prédominance de la structure à roue horizontale, s’explique par la configuration du terrain et la transmission du savoir-faire dans une Corse autarcique où les paysans se regroupent à la fois pour la construction, l’exploitation et l’entretien des moulins. Aujourd’hui, le moulin à céréales du hameau de Teghje à Sisco est toujours visible. A Pietracorbara, les ruines imposantes du moulin Massoni pointent dans le maquis. En 2005, l’association Petra Viva, a entrepris la restauration d’un moulin en fonction jusqu’en 1947 et en a fait u Mulinu Vivu que l’on peut désormais visiter. A Cagnano, « u mulinu Savina », toujours en activité, produit de la farine de maïs, de châtaigne et de l’huile d’olive.