• Exemple : environnement, ecole, tri, eglise, ...

Les fontaines        

Chaque commune capcorsine possède un ensemble de fontaines publiques. La doyenne a été répertoriée à Olmeta di Capicorsu : elle daterait de 1393. Beaucoup d'autres ont été financées au XIXe siècle par les Capcorsins d'Amérique. Souvent encore alimentées, elles sont, comme à Luri, au coeur d'un véritable réseau d'irrigation constitué de rigoles, de canaux et de bassins. Plusieurs ont été restaurées comme à Brando, Pietracorbara ou Barrettali. Elles font partie du capital architectural du village et sont devenues des lieux de mémoire.

Les fontaines jalonnent les anciens chemins. Grâce à un abreuvoir aménagé au ras du sol, elles permettaient autrefois aux animaux de bât, de selle ou de trait de se désaltérer en même temps que les hommes. Les plus simples sont constituées d'un déversoir en pierre taillée. Les plus sophistiquées peuvent être, dans le style néoclassique, composées d'arcades et de deux ou trois traverses. Elles ne sont pas toutes restées dans leur état d'origine mais leur restauration et leur valorisation mobilisent désormais communes et associations. Ainsi, la fontaine-lavoir de Purettu, à Brando, a été rénovée en 2006. A Pietracorbara, une association fait visiter chaque été quatre fontaines rénovées. A Ogliastru, la « fontaine à la tête » est devenue une curiosité. A Cannelle (hameau de Centuri), la fontaine Palmieri (du nom de la famille donatrice), enchâssée dans la roche, est aussi très visitée, tout comme la « fontaine aux mamelles », à l'entrée nord de Nonza, de Sainte Julie martyre dont on raconte que les seins coupés furent jetés contre un rocher d'où aurait jailli une source miraculeuse.