• Exemple : environnement, ecole, tri, eglise, ...

Les tours du littoral        

Rondes, perchées sur des promontoires ou dominant des marines, les tours de guet résistent au temps. Véritables emblèmes du Cap Corse, elles ont été élevées au XVIe siècle, au temps de la domination génoise. Objectif : mieux lutter contre les invasions barbaresques et contrôler le trafic maritime. Ces bâtiments font partie du patrimoine militaire de la Corse.


Des trente sentinelles de schiste construites le long des 92 km de côtes capcorsines, il n'en reste plus que quinze debout, plus ou moins bien conservées. De Lavasina (Brando) à Negro (Olmeta di Capicorso) en passant par les îles Finocchiarola et celle de la Giraglia, elles marquent le paysage capcorsin. Rondes pour supprimer tout angle mort et favoriser la posture défensive, ces constructions, hautes de 9 à 17 mètres, étaient gardées par un petit nombre d’hommes en armes payés par chaque communauté villageoise. Elles s’élèvent sur plusieurs niveaux : un sous-sol pour les réserves d'eau, de vivres et de munitions; deux étages pour loger la garnison, une terrasse bordée d’un parapet percé de meurtrières voire de canonnières à l’abri de mâchicoulis.
Ces ouvrages défensifs formaient, autrefois, un véritable réseau de communication stratégique : en cas d'approche d'un navire suspect, on allumait un feu. Ce signal était répercuté de tour en tour. Populations et bêtes se repliaient alors vers l'intérieur des vallées pour se soustraire aux attaques des barbaresques.
Depuis 2002, ces tours sont la propriété de la Collectivité Territoriale de Corse (CTC). Cinq sont classées monuments historiques :Erbalunga, Santa Maria della Chiapella, Albu Nonza et Negru.